Anita Blake, tome 14 : Danse Macabre de Laurell K. Hamilton (partenariat)

Publié le par Nastasia

tome 14

Titre: Danse Macabre, Anita Blake tome 14

  

Titre VO: Danse Macabre

  

Auteur : Laurell K. Hamilton

  

Année de parution en VO: 2007

  

Année de parution en VF : 2011

 

Editeur : Bragelonne

 

Genre : Urban fantasy

  

Nombre de pages : 569

 

Prix : 25€

  

Lieu et époque de l’intrigue: Saint Louis (Etats-Unis) à notre époque.

  

Résumé de l’éditeur (quatrième de couverture):

  

Moi, Anita Blake, l’Exécutrice, je suis enceinte. Ce n’était pas voulu bien entendu. Et comme il y a six pères potentiels, j’ai du souci à me faire, surtout que Richard est l’un d’eux et qu’il ne prend pas ce genre de nouvelle à la légère.

  

Remarquez, moi non plus. Mais ce n’est vraiment, vraiment pas le moment, car je suis plongée jusqu’au cou dans les intrigues vampiriques : le plus grand rassemblement de Maîtres de la Ville va bientôt avoir lieu à Saint Louis et je me dois de tenir mon rang auprès de Jean-Claude. En effet, le temps est venu pour moi de choisir une nouvelle pomme de sang. Comment concilier tout ça avec l’annonce d’une grossesse et les drames que ça implique ?

 

Mon avis :

  

En premier lieu, je tiens à remercier le forum livraddict et les éditions Bragelonne pour m’avoir permis d’obtenir ce livre en partenariat. Pour moi qui suis une fan inconditionnelle de la saga Anita Blake depuis près de deux ans et une lectrice de la version originale de cette série, ce partenariat était une occasion en or de découvrir la version française du quatorzième tome de cette série. Cela a été un réel plaisir pour moi de redécouvrir ce quatorzième tome en français.

 

-L’intrigue :

 

L’intrigue de ce quatorzième tome est intéressante en soi puisque l’on continue d’avancer dans l’intrigue générale de la série, avec des personnages qui gagnent des pouvoirs, d’autres qu’on apprend à mieux connaître et l’arrivée de petits nouveaux également. Mais le réel intérêt de ce quatorzième tome, c’est qu’il met l’accent sur une facette particulière d’Anita. En effet, dans ce tome-ci Laurell K. Hamilton insiste particulièrement sur le côté humain de notre héroïne, en nous montrant que malgré tous les pouvoirs qu’elle a pu gagner et tous les changements qui se sont opérés en elle depuis le début de la série, elle n’en reste pas moins humaine. Et comme tout être humain, Anita n’échappe pas à des problèmes « normaux » (par opposition aux problèmes surnaturels auxquels elle est confrontée habituellement) à savoir  la peur d’une éventuelle grossesse surprise. Cela permet aux lecteurs de se retrouver confronter à une Anita qui est plus proche d’eux, plus humaine et qui comme eux doit faire face à un problème  plus banal. Alors que dans les tomes précédents et avec l’acquisition de l’ardeur, l’identification avec une Anita qui semblait perdre de plus en plus son humanité n’était pas évidente. C’est pour cela que ce tome où il n’y a ni enquête policière, ni action quasiment est intéressant selon moi.

  

Le seul bémol que je citerai et qui était également présent dans Rêve d’incube, c’est que les scènes de sexe prennent vraiment trop de place, lassant le lecteur et noyant un peu l’intrigue de base, ce qui est vraiment dommage.

 

Je tiens à souligner que la fin de ce tome est vraiment très bonne avec le rebondissement qu’elle apporte. En outre, le bilan que dresse Anita dans les deux dernières pages m’a particulièrement plu.

  

-Les personnages :

 

Dans ce tome, nous faisons la connaissance de plusieurs personnages dont deux maîtres de la ville : Augustin dit « Auggie » et maître de la ville de Chicago, et Samuel qui est maître de la ville de Cape Cod. Si le personnage de Samuel ne m’a pas particulièrement plu ou marqué, le personnage d’Auggie en revanche m’a beaucoup marqué. Lui aussi étant membre de la lignée de Belle Morte et  un ami de Jean Claude, j’ai trouvé ce personnage et son histoire particulièrement intéressants.

 

Dans ce tome, on retrouve également les personnages récurrents de la série et je vais dire quelques mots sur certains d’entre eux. Tout d’abord, parlons de Ronnie qui depuis plusieurs tomes n’est plus l’amie fidèle d’Anita comme au début de la série. La tournure que prend leur relation est vraiment déplorable et on se rend compte que finalement Anita n’a plus réellement une vraie amie sur qui elle peut comptern alors qu’elle appartient de plus en plus à la communauté surnaturelle. Pour moi, le fait qu’elle se coupe de plus en plus du monde humain et d’une vie normale se reflète dans cette relation. Cette rupture qui est douloureuse pour Anita, est vécue je pense de la même façon par les lecteurs. Au fond j’espère et je ne crois pas être la seule que les choses vont s’arranger par la suite.

 

La relation qui unit Micah, Nathaniel et Anita est vraiment à part par rapport à ce qu’elle vit avec les autres hommes de sa vie. Leurs liens sont très forts et je les trouve tout simplement touchants et adorables. Leur relation apporte une touche de douceur et de tendresse qui ne se refuse pas quand on voit le monde sombre et violent dans lequel ils vivent. Ce trio représente une véritable bouffée d’oxygène dont on aurait du mal à se passer dans la série.

 

Le personnage de Richard me porte sur les nerfs depuis plusieurs tomes déjà et cela ne va pas en s’améliorant. D’accord il souffre et il est malheureux, mais ce n’est pas une raison valable pour vouloir que tout le monde vive la même chose que lui. On commence vraiment à se dire qu’une quelconque relation entre lui et Anita est vouée à l’échec, et ce même s’il n’y avait pas eu Jean Claude.

 

Le retour du personnage d’Asher (absent depuis Péchés céruléens) m’a fait vraiment plaisir. On en apprend plus sur lui et son passé, mais également sur ce qu’il ressent dans le présent, ce qui est à la fois touchant et intéressant.

 

-De la version originale à la version française de Danse Macabre :

  • Le vocabulaire employé lors des scènes de sexe dans la version française est beaucoup plus vulgaire et cru que dans la version originale, ce qui est selon moi fort regrettable.
  • Le choix du vouvoiement pour Anita quand elle s’adresse à Jean Claude m’a vraiment gêné. Je le trouve inadapté et même maladroit étant donné l’intimité qu’il partage à présent depuis le sixième tome de la série. De plus, cela ne va pas vraiment de paire avec le caractère d’Anita et sa façon de s’exprimer. J’aurais pu le comprendre s’il s’agissait de Jean Claude qui s’adressait à Anita de cette manière, mais dans l’autre sens ça ne passe pas pour moi.

-Conclusion :

 

Je crois que même si  ce tome plaît moins aux lecteurs des débuts il faut continuer, car ce qui fait la force de cette série ce sont son univers et ses personnages que Laurell K. Hamilton a créé. Je me suis vraiment attachée aux deux et je pense que beaucoup de fans de la série sont dans le même cas.  Malgré les défauts de ce tome, j’ai passé un très bon moment en le lisant et je vous encourage vivement à le lire.

A présent, il ne me reste plus qu’à attendre la sortie annoncée du 21ème tome de la série en VO le 5 juin prochain et celle de la suite du comics du tome 1 chez Milady graphics.

Publié dans Partenariats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article