Dorina Basarab, book 1: Midnight's Daughter de Karen Chance

Publié le par Nastasia

midnightdaughter1Titre: Midnight’s Daughter, Dorina Basarab book 1

 

Auteur : Karen Chance  

 

Année de parution : 2008  

 

Editeur : Onyx    

 

Genre : Urban Fantasy, lecture en VO  

 

Nombre de pages : 373 

 

Prix : 9€  

 

Lieu de l’intrigue : les Etats-Unis 

 

Appréciation : Un coup de coeur  

 

Résumé de l’éditeur :

 

Dorina Basarab is a dhampir—half-human, half-vampire. Subject to uncontrollable rages, most dhampirs live very short, very violent lives. So far, Dory has managed to maintain her sanity by unleashing her anger on those demons and vampires who deserve killing. 

 

Now Dory’s vampire father has come back into her life. Her uncle Dracula (yes, the Dracula) infamous even among vampires for his cruelty and murderous ways, has escaped his prison. And her father wants Dory to work with the gorgeous master vampire Louis-Cesare to put him back there. 

 

Vampires and dhampirs are mortal enemies, and Dory prefers to work alone. But Dracula is the only thing on earth that truly scares her, and when Dory has to go up against him, she’ll take all the help she can get…  

 

Mon avis :  

 

Pour ceux qui n’en auraient pas entendu parler, cette série est la série dérivée/spin-off des Cassandra Palmer. Elle est consacrée au tandem Dorina Basarab (la fille du sénateur Mircea Basarab) et Louis-Cesare (membre du Sénat européen que l’on rencontre dans le premier tome des Cassandra Palmer). Dans cette série, l’on croise des personnages de l’autre série et on en apprend plus sur certains personnages (Mircea, Radu, Louis-Cesare…). En outre, les deux séries sont liées. En effet, comme le dit l’auteur elle-même elles font partie d’un même ensemble et se complètent. Ainsi, le premier tome de cette série vient conclure l’intrigue commençée dans le tome 2 des Cassandra Palmer concernant le personnage de Dracula. Donc si vous n’avez pas lu les deux premiers tomes de Cassandra Palmer, l’histoire est tout à fait compréhensible mais vous loupez plein de choses et notamment les explications sur l’univers créé par Karen Chance, qu’elle ne répète pas dans ce tome. En outre, je vous conseille fortement de lire la nouvelle qui sert d’introduction à cette série et qui a été publiée dans l’anthologie On the prowl avant, car là encore vous manquez une partie de l’intrigue qui concerne la colocataire de Dorina. Ces explications dites (ou plutôt écrites), passons à présent à mon avis sur ce premier tome. 

 

Honnêtement, je dois vous dire que j’ai adoré ce livre qui m’a tenu en haleine du début à la fin. C’est vraiment une très bonne découverte pour moi que cette nouvelle série d’urban fantasy qui est l’une des meilleures que j’ai pu lire à ce jour.  

 

En premier lieu, ce sont les personnages et plus particulièrement le personnage de Dorina qui sont la raison de mon coup de cœur pour ce livre. Dorina, qui est une dhampir, a un caractère bien trempée. Si on me demandait de définir ce personnage je dirais qu’elle est à la fois complètement barrée, drôle et touchante, mais surtout très attachante. Il y a un certain nombre d’héroïne auxquelles je me suis attachée au fil de mes lectures, mais avec elle ça a été immédiat. C’est la raison pour laquelle j’ai une petite préférence pour cette série par rapport à la série Cassandra Palmer même si j’aime bien Cassie.  

 

Le second personnage que j’aime beaucoup dans cette série est bien évidemment le sénateur Louis-Cesare. Je l’avais déjà beaucoup apprécié quand il était apparu dans le tome 1 de la série Cassandra Palmer, mais le retrouver et en apprendre davantage sur lui n’a fait que renforcer mon attachement et ma sympathie pour ce personnage. Je trouve qu’il forme un beau duo avec Dorina. 

 

De façon plus générale, j’ai apprécié m’immergé dans l’histoire de la famille Basarab dans ce tome. Cela permet de mieux comprendre le personnage de Dorina, mais également ceux de Mircea et de Radu. Et personnellement, je pense que la force de l’auteur dans ce livre c’est d’arriver à faire transparaître l’humanité de ces personnages qui ne sont pas humains en retranscrivant leurs émotions avec justesse et en montrant leurs faiblesses. Grâce à cela on évite de tomber dans deux travers de certains auteurs du genre : des personnages inhumainement parfaits (en général ils ne sont pas attachant et nous agacent plus qu’autre chose) et des personnages trop peu exploités avec alors un problème de superficialité.  

 

En deuxième lieu, c’est bien entendu l’histoire de ce livre qui m’a séduite et qui a fait de ce livre un coup de cœur. Le récit est bien rythmé avec de l’action, des révélations, des rebondissements et des séquences émotions, si bien qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer et que quand arrive à la fin du livre on se dit « c’est déjà fini ?! ».

 

Conclusion :  

 

Vous l’aurez compris ce livre m’a totalement conquise et j’en redemande encore. Donc si vous n’avez pas  encore découvert cette série, ni celle des Cassandra Palmer je vous recommande fortement de le faire.  

 

Challenges :  

 

-Je vide ma bibliothèque:

 

jevidemabibliothèque

 

-Faërie :

challenge faërie 1 modifié-1 

Publié dans Dorina Basarab

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article