Les gardiens de l'éternité, tome 7 : Tane d'Alexandra Ivy

Publié le par Nastasia

les gardiens de l'éternité 7Titre: Tane, Les gardiens de l’éternité tome 7


Auteur : Alexandra Ivy


Année de parution : 2012


Editeur : Milady


Genre : Romance Paranormale


Nombre de pages : 416


Prix : 8,20€


Appréciation : J’ai aimé


Résumé de l’éditeur :


Elle était sa cible. Elle deviendra sa compagne.


Tane est un Charon. Son rôle : traquer et tuer les parias vampires. Sa nouvelle mission : capturer Laylah, mi-humaine mi-djinn. Un jeu d’enfant selon lui. Il n’avait pas prévu que la fragilité de la jeune femme le toucherait en plein cœur.


 Mais avant de la séduire, il devra lui sauver la vie : de dangereux ennemis approchent, bien décidés à éliminer Laylah. Car le bébé qu’elle protège comme s’il était le sien est la clé de l’apocalypse.


Mon avis :


Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas replongée dans un tome de cette série que j’apprécie énormément, et je dois dire que dans l’ensemble je suis assez satisfaite de cette nouvelle lecture. En effet, si cette lecture s’est révélée divertissante et agréable, j’ai cependant pu relever plusieurs éléments qui m’ont gênée.


-L’intrigue :


Je n’ai pas de critique particulière à formuler au sujet de l’intrigue de ce livre. L’auteur tout en reprenant le schéma classique d’un roman de romance paranormale et le modèle type de sa série, c’est-à-dire la formation d’un couple d’âme sœur, arrive à nous proposer une vraie histoire qui n’est pas seulement un prétexte pour développer une relation amoureuse. Ainsi, ce qui est intéressant ici c’est que l’on continue d’avancer dans l’intrigue générale de la série,  en ayant des intrigues assez solides en dehors de l’histoire  d’amour de nos deux personnages.


- Un univers et des personnages familiers :


Il est appréciable de retrouver l’univers de la série que l’on commence maintenant à bien connaître au bout de sept tomes. Mais cela ne signifie pas pour autant, que l’auteur n’arrive pas à nous surprendre agréablement en nous faisant découvrir de nouveaux pans de son univers au fil des tomes, comme cela a été le cas avec la découverte des djinns et des Sylvermysts dans ce tome.


-Un manque de profondeur :


Au cours de la lecture de ce livre, j’ai été un peu gênée par l’exploitation trop superficielle de la psychologie de nos personnages que ce soit aussi bien Laylah que Tane. Dans le cas de Tane par exemple, l’auteur va vraiment trop vite entre le moment où il découvre ses sentiments pour Laylah et celui où il les accepte. Tane se retrouve face à un vrai choix cornélien, puisqu’il doit choisir entre son devoir de Charon et ses sentiments. Il devrait donc essayé de résister à cette attirance ou être un peu déchiré face à ce dilemme avant de faire un choix. Or,  de la manière dont se déroule les choses on a l’impression qu’il n’y a pas vraiment d’obstacle, alors qu’il y aurait eu matière à approfondir le ressenti de notre personnage sur la question. De façon générale, l’auteur est resté, pour moi, trop superficiel dans le développement de ses personnages.


-Le langage :


Cela ne m’était jamais arrivé avant avec un livre de cette série, mais j’ai vraiment éprouvé par moment une gêne face au niveau de langue et aux termes employés dans le livre. Paradoxalement, il y a des passages où le langage employé me faisait penser à celui de livres pour adolescent avec des expressions telles que « trop cool », et il y a d’autres passages où j’ai été réellement gênée par la vulgarité des mots employés.


-Le retour de la gargouille :


L’auteur a comme à son habitude intégré Levet au récit, apportant une bonne part d’humour et de situations comiques au récit, et le rendant ainsi plus léger.


Conclusion :


Malgré les éléments négatifs que j’ai pu relever dans ma chronique, j’ai passé un agréable moment à lire ce livre et j’ai vraiment très envie de lire le prochain tome.


Extrait :


« Il se baissa pour exécuter une petite révérence.


-Permettez-moi de me présenter. Levet, défenseur des damoiselles en détresse, prince charmant et surtout chevalier sur son fier destrier, à votre service.


Laylah n’en croyait pas ses oreilles. Elle avait assommé la gargouille d’un éclair lors de leur première rencontre. Elle n’imaginait pas qu’elle était aussi…Humm…Haute en couleur ?


-Bon Dieu, souffla-t-elle.


Le démon balaya ses paroles de la main.


-Non, non. C’est une erreur répandue, mais je ne suis pas une divinité. Enfin, à moins que vous n’estimiez qu’être un dieu du sexe… »

Commenter cet article